Nous 4

06 06 70 64 92 Prenota
Newsletter
 
    Fait maison

Nous 4

Stampa

Stampa

  • Gault&Millau 2019 - 14/20 et 2 toques !

    Nous4 14/20
    Ouvert l’année dernière, la table du chef Stéphane Browne (lauréat de la Dotation pour les Jeunes Talents en 2017) est un rendez-vous coup de cœur, à l’ambiance chaleureuse et familiale. Table parisienne des plus authentiques, on retrouve ici un amour du goût et du terroir qui se ressent à chaque instant et qui donne à vivre des assiettes gourmandes et généreuses. La technique est sincère et confiante, preuve d’une expérience solide et d’une rigueur indéniable. On terminera ce beau voyage sur les pâtisseries du fils, minutieuses et pertinentes. Service des plus aimables.

    Leggi l'articolo

  • Nous 4: une table pour soi, pour toi, pour nous

    À deux pas du marché d’Aligre, un jeune Chef à l’expérience déjà bien affirmée propose une cuisine élégante, gourmande et savoureuse avec des produits de saison...

    Leggi l'articolo

    Vedi l'articolo

  • C'est Très Très Bon

    Cette semaine, François-Régis Gaudry a rendez-vous avec un homme du sérail : Come de Chérisey !

    Stéphane Browne se plie en quatre chez Nous 4 !

    Nous 4 // 3 Rue Beccaria, Paris XII

    Leggi l'articolo

  • Nouvelle table du quartier Aligre à découvrir absolument.

    Une belle histoire que celle du chef Stéphane Browne et sa femme. Il y a quelques mois, il est sélectionné comme Jeunes Talents par le guide GaultMillau, une des bonnes idées respectables de cette entreprise. Aide à la recherche d’une affaire, à l’installation, caution bancaire ou presque, et suivi de l’évolution dans les premiers mois d’ouverture. Le chef est ravi, sa famille aussi puisqu’il les associe jusque dans le nom du restaurant. Marié, deux enfants, et le voilà chez lui dans une rue calme pour l’instant, à deux pas du marché d’Aligre.

    Avant d’atterrir dans le quartier, Stéphane Browne a bourlingué en France et à l’étranger. Ce parisien d’adoption a choisi la cuisine un peu par hasard, s’est retrouvé chez Dominique Bouchet, au Crillon, au fond des cuisines à regarder l’organisation militaire durant le coup de feu et… ça lui a plu. Un passage rapide à l’Ecole Ferrandi et le voilà à St-Jean-Pied-de-Port chez le fils du grand Arrambide. Retour à Paris : Christian Constant au Violon d’Ingres, puis au Laurent, puis bye bye pour Singapour où il travaille dans le Meilleur Restaurant Français de la ville (voté comme tel en tout cas). Cinq ans de bonheur. L’appel de la maternité les font rentrer à Paris, le Jules Vernes, puis un petit bistrot à vins/restaurant pour voir un autre monde chez Les Crus du Soleil. C’est ce style qui le tente et il y a quelques semaines ouverture du Nous4.

    La salle est claire, agréable, tables bois et carrelage d’époque « pur bougnat », et sur un des murs une fresque magnifique sur Paris dessinée par un de leurs amis. Table d’hôtes, cuisine ouverte, tous les codes du moment sont là. Propositions sur ardoise exclusivement, donc une cuisine changeante, mouvante, et inspirée par l’actualité du jour et des arrivages. Normal mais rassurant. (Lire la suite)

    Leggi l'articolo

    Vedi l'articolo

  • Doté de talent !

    Près de la Gare de Lyon à Paris, un bistrot en modestie et sincérité.
    On croyait le Gault & Millau en pré-retraite, fatigué des mandibules, les molaires ramollos, remâchant ces souvenirs glorieux de nouvelle cuisine. Voilà que, sous la houlette de Côme de Chérisey, son nouveau propriétaire, le guide jaune retrouve du mordant. Il a même assez de niaque pour croquer certains talents avant tout le monde. Exemple : Stéphane Browne. On ne vous dit pas que c'est le chef de l'année ni qu'il ferait demain la Une du Time. Mais le parisien de 37 ans fait parti du club fermé des cuisiniers qui ont décroché la dotation Gault & Millau, un parrainage qui les aide à ouvrir leur 1er restaurant. Après avoir trimé sous les ordres de quelques colosses - Firmin Arrambide, à St Jean Pied de Port; et Christian Constant, Alain Pégouret, Alain Ducasse... à Paris -, le gaillard s'installe à son compte. Au sueurs froides des brigades surentraînées, il préfère la joie de nourrir son quartier au quotidien, dans un bistrot d'humeur et d'humilité, ou son accent titi résonne sur le grand mur d'une fresque tagué de la capitale. A côté de cette oeuvre géante, signée par l'artiste Thomas Dartigues, l'ardoise ferait presque profil bas. Au déjeuner, 2 formules à 20 et à 24€ au choix serrés. En entrées, velouté de topinambour d'une suave onctuosité, serti de poires, de noix et de croûtons; ou Caesar Salad, qui, chose rare, coche les bonnes cases : romaine croquante et sauce nappante, bien relevée d'anchois et de parmesan. En plat, poitrine de cochon fermier de Mayenne, diaboliquement croustifondante, flanquée d'un bon ragoût de lentilles ou ... strozzapretti. Il s'agit bien de pasta, mais le chef n'a pas l'intention de rivaliser avec ses confrères Italiens. Il mitonne cette drôle de pâte courte entortillée avec une poêlée de couteaux et de coppa, qu'il relève d'une persillade, de fumet de poisson, d'échalote, de vin blanc, de crème fraîche. Une assiette dégourdie et roborative, qui n'a d'autre ambition que d'être saucée jusqu'à la dernière goutte de jus. (lire la suite)

    Vedi l'articolo

  • Nous 4 restaurant

    PARIS 12e. Stéphane Browne, lauréat de la dotation pour les Jeunes Talents, a ouvert le 1er octobre 2017.

    Leggi l'articolo

    Vedi l'articolo

  • Jeunes Talents Gault & Millau 2017

    Nous4 - 14/20 - 2 Toques

    Stéphane Browne, lauréat de la Dotation pour les Jeunes Talents, a ouvert le 1er octobre 2017. Parisien depuis toujours, ce jeune chef est soutenu par son épouse et ses enfants, une solidarité que la petite famille a d'ailleurs voulu exposer en choisissant cette enseigne parfaitement évocatrice. Terrine de campagne et pickles, carré de cochon rôti entier et purée de céleri, merlu rôti et crème de cocos de Paimpol, les assiettes de Stéphane trahissent les goûts d'un cuisinier généreux, amoureux des beaux produits et qui rend parfaitement hommage à la tradition culinaire des bistrots parisiens.

    Leggi l'articolo

    Vedi l'articolo